Menu navigation rapide :

  1. Aller au contenu
  2. Aller au menu rubriques principales
  3. Aller à la recherche
  4. Aller au menu langues
  5. Aller au menu aide
  6. Aller aux encarts
  7. Aller aux raccourcis clavier

Menu aide :

  1. Sanofi dans le monde |
     
  2. Nos sites internet |
     
  3. Sites Groupe |
     
  4. Pour nous contacter |
  5. Plan du site |
  6. Aide
  1. RSS
  2. Taille du texte

    Réduire la taille du texte Augmenter la taille du texte  
 
 

Qui sommes-nous?

Contenu :

90 ans d'innovations liées au diabète

Cliquez sur l’image ci-dessous afin de découvrir comment l’insuline est devenue, depuis sa découverte dans un petit laboratoire de Toronto, l’un des traitements les mieux connus pour gérer le diabète:

IL Y A PRESQUE UN SIÈCLE, LE DR JOHN G. FITZGERALD EST DEVENU L'UN DES PLUS GRANDS PIONNIERS DE LA SANTÉ PUBLIQUE AU PAYS EN POURSUIVANT L'IDÉE DE RENDRE LES VACCINS ET LES ANTITOXINES ACCESSIBLES À L'ENSEMBLE DE LA POPULATION CANADIENNE.

Une première mondiale

En 1913, le Dr FitzGerald, professeur agrégé d'hygiène à l'Université de Toronto, a soumis une proposition au conseil des gouverneurs de l'Université. Il s'agissait d'un plan ambitieux et inédit dans le monde, soit la création du premier centre autonome au sein d'une université qui combinait l'enseignement de la santé publique et la recherche biomédicale à la mise au point, à la fabrication et à la distribution d'antitoxines et de vaccins en tant que service public.

Production locale d’antitoxine diphtérique

Pendant que le conseil étudiait sa proposition, le Dr FitzGerald a décidé d'aller de l'avant, en raison du nombre désastreux de victimes de la diphtérie chez les enfants. Utilisant la dot de sa femme, il a construit une petite écurie et un laboratoire dans la cour d'un collègue dans l'avenue Barton, à Toronto. En moins de quelques semaines, le Dr FitzGerald a réussi à produire de l'antitoxine diphtérique de qualité supérieure à un cinquième du coût du produit importé.

Ouverture du Laboratoire d'antitoxines

Le conseil des gouverneurs a approuvé sa proposition le 1er mai 1914, et le Laboratoire d'antitoxines du Département d'hygiène de l'Université de Toronto voyait le jour. La Première Guerre mondiale ayant créé une pénurie mondiale d'antitoxine tétanique, il a été décidé, à la suite du don d'une vaste propriété située au nord de la ville, d'y installer le laboratoire pour l'agrandir et d'y construire de nouvelles installations modernes dotées de l'équipement scientifique le plus récent. Celles-ci ont été ouvertes officiellement en 1917 et on leur a donné le nom de Connaught Antitoxin Laboratories en l'honneur du gouverneur général du Canada pendant la guerre, le duc de Connaught.

Laboratoires Connaught : d’hier à aujourd’hui

Dans les années 1920, les Laboratoires Connaught ont connu une croissance rapide après la découverte de l'insuline à l'Université et la mise au point de procédés de fabrication d'insuline à grande échelle. Grâce à d'importantes contributions à la mise au point d'autres produits biologiques importants, surtout des vaccins contre la diphtérie, la coqueluche et la polio, les Laboratoires Connaught sont vite devenus le plus important fabricant de vaccins au Canada, et ont continué de faire partie de l'Université de Toronto jusqu'en 1972. Aujourd'hui, la société se nomme Sanofi Pasteur, la division des vaccins du Groupe Sanofi.

Survol d’innovations liées au diabète

Le test à domicile pour déceler la présence de glucose dans l'urine est apparu en 1925. Des gouttes d'urine étaient mélangées dans un tube à essai avec de la liqueur de Benedict, le tout étant ensuite laissé pendant cinq minutes dans de l'eau bouillante. La couleur du liquide indiquait alors la présence ou non de glucose : verdâtre (faible concentration), jaune (concentration moyenne) ou rouge/orange (forte concentration). Une dizaine d'années plus tard, Harold Himsworth avançait l'idée de l'existence de deux types de diabète. Il supposait que certaines personnes diabétiques sont sensibles aux effets hypoglycémiants de l'insuline, tandis que d'autres ne le sont pas, et sont donc insulinorésistantes. C'était là le premier pas important dans la compréhension de ce qui différencie les deux états que nous nommons aujourd'hui diabète de type 1 et diabète de type 2.

Test glycémique et prise en charge du diabète

Bien que l'insuline aide à traiter le diabète, ce n'est que durant les années 1940 que les scientifiques font le lien entre le diabète et les complications à long terme comme l'insuffisance rénale et les maladies des yeux. À la fin des années 1950, l'invention d'une bande-test pour mesurer le glucose dans l'urine par les Drs Helen et Alfred Free vient améliorer le test à domicile permettant aux personnes diabétiques de vérifier instantanément leur glycémie. Ce n'est que presque 25 ans plus tard que les premiers glucomètres pour usage à domicile apparaîtront.

En 1968, Tom Clemens dépose une demande de brevet pour ce qui allait devenir le réflectomètre offert par Ames, qui sera reconnu comme le premier glucomètre. Un an plus tard, le premier glucomètre portatif est mis au point. La première pompe à insuline, dispositif qui a révolutionné la prise en charge du diabète, a été commercialisée en 1979.

Appliquant le protocole d'Edmonton, la recherche progressant, le Dr James Shapiro a réussi pour la première fois une greffe de cellules d'îlots de Langerhans pour traiter un cas grave de diabète de type 1. En 2006, les Nations Unies font du 14 novembre (anniversaire de Frederick Banting) la journée mondiale du diabète.

Une tradition fondée sur l’innovation

Dans ses efforts pour améliorer la qualité de vie des personnes diabétiques, Sanofi, un chef de file mondial dans le domaine, va au-delà de la démarche classique dans la prise en charge du diabète. Nos traitements, outils diagnostiques et services de soutien avancés ne sont qu'un début. Nous nous efforçons de travailler en partenariat avec tous ceux qui participent aux soins relatifs au diabète, en proposant des solutions novatrices qui aident les gens diabétiques à vivre comme des personnes normales et non comme des personnes malades.

Chez Sanofi Canada, nous cherchons à simplifier la prise en charge de cette maladie complexe – pour les personnes qui en sont atteintes et pour les fournisseurs de soins de santé. Nous nous concentrons sur les besoins des patients et de la population en général en démontrant la valeur ajoutée de nos produits. Par exemple, pour le patient diabétique, une fréquence moindre d'épisodes d'hypoglycémie peut réduire le nombre de consultations au service d'urgence d'un hôpital et accroître sa satisfaction.

Nous poursuivons cette tradition d'innovation encore aujourd'hui, par une approche globale qui intègre des innovations thérapeutiques, des dispositifs primés, une surveillance novatrice et des services de soutien personnalisés.

Mise à jour : 29 Novembre 2011